RSS
RSS


Partagez|

Le passé ne meurt pas | ft. Cersei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Princesse des 7 couronnes
Voir le profil de l'utilisateur

⚜️ CORBEAUX : 51
⚜️ DRAGONS D'OR : 299
⚜️ STATUT MARITALE : Mariée au Prince Rhaegar Targaryen
⚜️ ft. : Golshifteh Farahani
⚜️ COPYRIGHT : Sarhoy (possessions)
⚜️ DÉBUT DE MA CONQUÊTE : 09/09/2018
⚜️ TU PEUX M'Y TROUVER : Port-Réal | Peyredragon
⚜️ MON MÉTIER : Princesse de Dorne | Princesse des Sept Couronnes
⚜️ POSSESSIONS :

Message Sujet: Le passé ne meurt pas | ft. Cersei Jeu 20 Sep 2018 - 10:31

Cersei Lannister & Elia Martell
Le passé ne meurt pas


Doucement, le feu crépitait dans l’âtre noire. Une faible odeur de bois brûlé et de cendres baignait la pièce d’une atmosphère lourde et tiède, contrastant avec la lumière pâle du Nord qui noyait la chambre. Une luminosité inhabituelle. Crue. Presque douloureuse. Un tison grattait frénétiquement les restes d’une bûche calcinée. Avec une profonde inspiration, la princesse roula sous les épaisses couvertures de fourrures et ouvrit un œil. Son regard noir encore voilé de sommeil rencontra les yeux bleus d’une domestique embarrassée. Prise au dépourvue, celle-ci se dépêcha de se redresser pour la saluer. Dans sa précipitation, elle manqua de laisser tomber son instrument métallique sur les dalles sombres. Par chance, elle était assez éveillée et assez habile pour le rattraper à la volée. Ses joues se colorèrent de rouge alors qu’elle révérençait à nouveau.



« Je suis navrée Princesse Elia, » s’excusa-t-elle prestement. « Je ne pensais pas à vous réveiller… C’est simplement que j’ai vu que votre feu s’éteignait et… »



La dornienne se redressa sur l’épais matelas en s’étirant. Ses muscles tiraillaient des événements de la veille et son corps ne lui semblait pas en meilleur état que le morceau de bois qui se faisait lentement, mais sûrement, dévorer par les flammes naissantes. 



« Et vous ne vouliez pas que je gèle jusqu’au trépas, » termina-t-elle avec un sourire tranquille.



L’autre acquiesça vivement.



« Je vais aller chercher vos suivantes pour qu’elles s’occupent de vous habiller, » décréta-t-elle, comme pour se faire pardonner.


La brune ne fit qu’acquiescer, un remerciement sur les lèvres. Avec un hochement de tête gracieux, elle disparut dans le couloir en prenant bien soin de claquer la porte derrière elle. 
À Dorne, elle avait pris l’habitude de s’habiller seule et ce depuis toujours. Elle voyait dans l’incapacité même de se vêtir la pire des faiblesses, liée intrinsèquement à son état de santé. Elle y voyait un geste de pitié qu’on lui offrait, un regard compatissant qui ne pensait probablement pas à mal, mais qui suffisait à l’offusquer silencieusement et à piquer son orgueil.
Néanmoins, depuis son arrivée à Port-Réal, elle avait appris à ronger son frein et à se laisser faire. Ici, il n’était pas question de fierté ou d’autonomie. Les nobles se faisaient servir en tout point. Et se faire habiller était presque autant une marque de leur rang que les titres qu’ils se plaisaient à arborer. La Princesse des Sept Couronnes n’échappait donc pas à la règle. D’ailleurs, elle aurait bien été incapable de se débrouiller seule, aujourd’hui. Se couvrir de couches et de fourrures n’était pas dans ses habitudes.


Un frisson parcourut l’épiderme nu de de la jeune femme tout juste sortie du lit. D’une main encore lasse de sommeil, elle s’emmitoufla dans les peaux et resta assise quelques instants sur le rebord du sommier, les jambes serrées contre sa poitrine. Elle pensait à Rhaenys, restée à Peyredragon entre les mains attentionnées de ses nourrices. Comme elle aurait aimé l’emmener ici, avec elle. Mais cette pensée était égoïste. Elia voulait s’éviter la souffrance de la séparation. Mais sa fille était encore trop jeune pour voyager. Grâce aux Sept, elle n’avait pas hérité de la fragilité maternelle. Néanmoins les routes vers le Nord étaient dangereuses, le climat rude et la petite fille aurait souffert d’une telle épopée, malgré les lamentations qui l’avaient ébranlée lorsqu’on lui avait appris qu’elle resterait dans le château noir.
Inconsciemment, la paume chaude de la sœur de Doran vint se poser sur son ventre, à peine rebondi. Elle n’avait pas saigné depuis quatre lunes et avant leur départ, le mestre de Peydragon lui avait annoncé qu’elle était enceinte. Seule Ashara était au courant. À la fois ravie et effrayée par cette nouvelle, Elia cherchait le bon moment pour partager la nouvelle avec son époux. Elle se persuadait qu’il en serait heureux. Après tout, il rêvait d’un héritier. Cette pensée la fit soupirer. Chez elle, la réalité serait différente. Rhaenys serait l’héritière. Le sexe importait peu. Mais ici, on avait besoin d’un fils. Alors, Elia priait pour un fils également. 



Avec une grimace contrite, elle posa doucement la plante de ses pieds au sol. Même la fourrure brune posée là n’empêchait pas le froid de se glisser jusqu’à ses orteils. Elle s’ébroua avant de se mettre debout, avec une lenteur calculée. Le granite des pierres formant les murs et le sol était constamment chauffé par les sources d’eaux chaudes sur lesquelles Winterfell avait été construit.



La ronde de suivantes fit une entrée discrète et méticuleusement, chacune se mit à la tache. La dornienne se laissa faire.

Alors qu’on lui enfilait robe fourrée et col de zibeline, un rapide regard à l’extérieur lui indiqua qu’il était encore tôt. De rares cheminées étaient surmontées de fumée claire, se mêlant par volutes au ciel immaculé du matin. Dans la cour, une neige immaculée recouvrait tout, y compris les tuiles noires des toits. Encore intacte, aucun pas n’était venu la souiller. Pourtant, il était à parier quand dans moins d’une heure, le si beau manteau hivernal serait transformé en boue puis en gadoue par le passage pressé des invités et des domestiques du château. La neige était une excentricité pour elle. Il ne neigeait pas, à Dorne. L’hiver était presque une belle saison et parfois, le désert fleurissait grâce aux abondantes pluies qui noyait les sols en cette saison. Pourtant, ici, le printemps avait beau chanter, sa voix était étouffée par le manteau blanc qui s’obstinait.  


Une fois vêtue, elle fut accompagnée avec la petite troupe jusqu’au Grand Hall où les tables n’avaient pas encore toutes été vidées des assiettes, coupes et plats qui les ornaient depuis la veille. Dans certaines marmites encore chaudes, des restes de poulet et de bouillies impossibles à identifier refroidissaient. Certains convives semblaient avoir quitter les lieux il y avait peu. Sur son passage, les cuisiniers baissèrent la tête en guise de salut silencieux et Elia les imita. Remarquant que la Princesse s’installait, ils se dépêchèrent de retourner au travail. Elle était si mince qu’elle semblait ne pas avoir mangé depuis une lune.

Une autre illustre figure était matinale. Blonde, le teint frais et flamboyante, Cersei Lannister venait également de faire son entrée. Elia murmura rapidement quelques mots à la suivante la plus proche qui s’empressa d’accourir auprès de la jeune lionne.

« Lady Cersei, » la salua-t-elle en révérençant. « La Princesse Elia souhaite vous inviter à vous asseoir à ses côtés. »

Observant la petite scène de loin, la dornienne hocha la tête et offrit un sourire chaleureux à la jeune dame.






Sun of Dorne •
You may burn us, my lady ... but you will not bend us, break us, or make us bow. This is Dorne. You are not wanted here. Return at your peril.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dame de l'Ouest
Voir le profil de l'utilisateur

⚜️ SURNOM : La lionne
⚜️ CORBEAUX : 866
⚜️ DRAGONS D'OR : 92
⚜️ STATUT MARITALE : Célibataire | Eprise
⚜️ AVEC : Jaime Lannister
⚜️ ft. : Claire Holt
⚜️ COPYRIGHT : Pépito (ava), Tumblr (gifs) & Nymeria (signa)
⚜️ MULTIFACE : Eddard Stark
⚜️ DÉBUT DE MA CONQUÊTE : 19/06/2017
⚜️ TU PEUX M'Y TROUVER : PR
⚜️ MON MÉTIER : Lady
⚜️ POSSESSIONS : Rien de spécial

Message Sujet: Re: Le passé ne meurt pas | ft. Cersei Ven 12 Oct 2018 - 17:08


Le passé ne meurt pas



Lune 7, an 281, Winterfell
Cersei ne s’était pas retrouvée époustouflée ou émerveillée par le mariage des Nordiens, mais elle savait qu’elle n’allait pas l’être de toute façon. En même temps, c’était des Nordiens, ils faisaient les choses simplement. Ce n’était pas forcément une tare, loin de là, mais bon, c’était tout le même le futur suzerain qui s’était marié. Pas n’importe quel blanc-bec. Mais bon, ils pouvaient bien faire ce qu’ils voulaient, ce n’était pas vraiment son problème tout compte fait. Elle avait au moins pu découvrir les contrées du Nord, ou tout du moins, Winterfell. C’était très différent de ce qu’elle avait pu voir auparavant, même si ce qu’elle connaissait le mieux restait Castral Roc, et depuis quelques années, Port-Réal. C’était plutôt rustique, mais elle ne doutait pas que cela renfermait pas mal de secrets. Ce qui rendait les choses bien plus intéressantes qu’elles ne l’étaient en ce moment. Elle ignorait combien de temps son père avait prévu de passer ici, mais à son avis, pas plus que nécessaire. Donc elle n’aurait pas vraiment le temps de découvrir tout ça en profondeur, mais elle verrait bien dans tous les cas.

Quoiqu’il en soit, elle n’était pas venue ici par amitié pour le couple de mariés. Déjà car elle ne les connaissait pas, ni l’un ni l’autre. Même si Catelyn était destinée à bientôt faire partie de sa famille, même si Cersei était loin de laisser ça se dérouler sans entraves. Elle n’avait rien contre Lysa Tully, à part que cette dernière était fiancée à son Jaime. C’était bien le pire grief qu’elle pouvait lui faire, même si elle n’avait peut-être rien à voir avec ces fiançailles. Quoiqu’il en soit Cersei ne comptait pas du tout laisser les choses se dérouler comme prévu. Et elle savait que Jaime non plus, même si pour le coup, il serait peut-être un peu plus pacifiste qu’elle. Elle ne savait pas encore ce qu’elle allait faire, mais elle allait y réfléchir. En tout cas, elle n’avait pas vraiment envie de faire amie amie avec sa future belle-sœur, même si elle aussi, n’avait rien à voir avec ça. Mais c’était comme ça.

Ce mariage avait au moins un point positif. Il avait pu la réunir avec Jaime. Il était compliqué pour eux de se retrouver au même endroit en même temps, mais c’était le cas à Wintefell, pour une durée limitée certes, mais tout de même. C’était déjà mieux que rien, même si Cersei voudrait avoir Jaime près d’elle à chaque instant. Comme lorsqu’ils étaient enfants. Même si leurs rapports étaient à présent beaucoup moins chastes et innocents. Cersei n’en rougissait cependant pas. On pouvait bien dire que leur relation était contre nature, ce n’est pas pour autant qu’elle allait adoptée cette façon de penser. Jaime était à elle, tout comme elle était à Jaime, n’en déplaise aux autres. Même si ces autres précisément, n’étaient au courant de rien, grâce aux Dieux, il fallait qu’il en reste ainsi. Cersei se demandait parfois si Tywin n’avait pas quelques doutes, quelques soupçons. Après tout, il les avait jadis trouvés endormis l’un contre l’autre, à un âge où les choses devenaient moins innocentes déjà entre un homme et une femme, même si pour cette fois là, il n’y avait eu aucun rapprochement. Mais Cersei avait souffert de cette brutale séparation. Quoiqu’il en soit, si Tywin savait quelque chose, il ne disait rien, ou alors, peut-être se mettait-il des œillères, tout simplement. Cela ne gênait pas Cersei, au contraire. S’il pouvait ne pas la faire suivre de gardes au cas où, elle n’en était que plus contente.

Après avoir profité des festivités du mariage, ce qu’on pouvait dire, c’est que les Nordiens étaient chaleureux et appréciaient recevoir et s’occuper de leurs invités, Cersei avait regagné sa chambre provisoire. Elle n’avait pas attendu longtemps avec que Jaime vienne la rejoindre, après avoir pris garde que personne n’en avait rien vu. Leur secret devait absolument être gardé, quoi qu’il en coûte. Et Jaime le savait tout aussi bien qu’elle. Mais après toute crainte rassurée, ils avaient pu se retrouver et passer une nuit charnelle et tendre. Quoiqu’au début, la soif des retrouvailles et la passion avaient d’abord pris le pas sur la tendresse. Mais c’était une habitude entre eux. Et aucun n’en était gêné.

Elle avait quoiqu’il en soit, passée une nuit comme elle n’en avait pas passé depuis longtemps. Mais quand Jaime était présent, tout était différent aux yeux de Cersei. Si elle pouvait le garder près d’elle pour toujours, elle n’hésiterait en aucun cas. Mais pour l’instant, ce choix ne se présentait pas à elle. Mais rien n’était encore décidé de toute façon.

Jaime était parti dès les premières lueurs de l’aube, afin de ne croiser personne, ou que quiconque puisse le voir sortir de sa chambre. La jeune lionne n’avait pas eu foi de se rendormir, maintenant qu’elle n’avait plus les bras de son frère autour d’elle. Elle était restée étendue sur sa couche durant quelques temps, elle n’aurait pu dire combien, à réfléchir à tout cela. Il était fréquent qu’elle agisse de cette manière. Une fois que sa tête fut emplie de toutes ces nombreuses interrogations, et que la brume du plaisir et de la tendresse fut dissipée, elle entreprit de se lever. Après une rapide toilette, sa dame d’atour qu’elle avait faite appelée l’aida à se préparer. Elle ne s’encombra pas de savoir si elle l’avait réveillée ou non, après tout, elle était là pour s’occuper d’elle alors il était de son devoir de se caler sur son propre rythme.

Elle enfila une robe aux couleurs rouges et dorées. Comme elle avait l’habitude de porter. Cersei appréciait d’exhiber fièrement les couleurs des Lannister. Mais elle agrémenta le tout de quelques couches de vêtements plus chaudes, il ne faisait pas chaud dans le Nord. Loin de là. Elle descendit ensuite, une fois habillée et coiffée de manière qui lui convenait. Elle déboucha dans la salle principale mais ne s’attendit pas à la trouver occupée. Encore moins par la princesse Elia. Elle avait plusieurs fois eu l’occasion de lui parler depuis qu’elle était à Port-Réal et même avant. Il était certain qu’elle était une femme douce et qu’il était difficile de ne pas l’apprécier. Mais Cersei n’oubliait pas que leurs chemins s’étaient plus d’une fois entremêlés. Entre les fiançailles avortées entre les enfants Martell et les enfants Lannister. Et le fait que la Martell avait finalement épousé l’homme à qui son père voulait la promettre.

« Lady Cersei. La Princesse Elia souhaite vous inviter à vous asseoir à ses côtés. »

Cersei regarda la jeune femme un peu surprise, puis tourna la tête vers la princesse. Elle lui sourit de manière polie. Après tout, pourquoi pas. Elle n’avait rien à perdre et puis, personne ne devait être levé encore, ou alors, personne que Cersei n’avait envie de voir. Elle s’approcha donc de la princesse et s’assit près d’elle.

« Bonjour princesse. Avez-vous passé une nuit agréable ? »
Revenir en haut Aller en bas

Le passé ne meurt pas | ft. Cersei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas
» Quelques interventions de Nickie dans un passé ...recent.
» Il est de retour ... Mais que s'est il passé depuis 3ans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De Cendres et de Fer :: Westeros :: Le Nord :: Winterfell-